Un démarrage à distance

Durant le confinement, nos équipes ont poursuivi leurs missions pour SNCF. Ils en ont même débutées. Cela a été le cas pour la mission « Atout Conduite », un programme qui a pour ambition de faire de la conduite des trains un atout de performance et une fierté d’entreprise. Après une phase d’étude sociologique et de structuration de projet confiée à un cabinet externe, la Direction Traction a souhaité faire appel au cabinet de conseil interne de SNCF pour la suite du projet. Entre définition des contours de l’intervention et adaptation des méthodes de travail, retour sur ce démarrage 100% à distance avec Cécile Lhote Pages, Directrice Traction, au sein de la Direction Industrielle de SNCF VOYAGEURS et Sylvain Brossard, Directeur de mission chez SNCF CONSULTING.

Cécile Lhote Pages
Directrice Traction - Direction Industrielle de SNCF VOYAGEURS

Pourquoi avoir fait appel à SNCF CONSULTING ?

CLP : Une fois les orientations du projet validées par la Présidence du groupe, Atout Conduite est entré fin avril dans une phase plus opérationnelle. Je souhaitais donc être accompagnée par un cabinet disposant d’un apport méthodologique solide, d’une approche très pragmatique  et également d’une très bonne connaissance du Groupe. C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité faire appel à SNCF CONSULTING. Cela faisait également sens de faire appel en cette période à nos propres forces internes au groupe. Le programme comporte plusieurs chantiers, sur la sécurité, la production, le métier, la qualité de vie au travail ou encore le management, dont certains sont très systémiques. Il se trouve en forte adhérence avec plusieurs autres grands projets de SNCF. C’est un programme vaste, rassemblant de nombreuses parties prenantes et en lien avec des Directions de plusieurs sociétés distinctes du groupe SNCF. SNCF CONSULTING intervient par ailleurs sur ces programmes transverses et connait toutes les Directions du groupe SNCF, les liens se font donc plus naturellement et très facilement. De fait, les synergies se créent et au final le gain de temps est important.

Comment s’est passé le début de cette mission à distance ?

CLP : Je tenais à ce que l’avancement du projet soit le moins perturbé possible par le confinement. J’avais donc besoin d’une montée en puissance rapide et ce fut le cas. Après partage des premières bases du projet déjà élaborées, nous n’avons pas eu besoin de nous lancer dans de grandes explications des tenants et aboutissants. Les consultants de SNCF CONSULTING ont à la fois une très bonne connaissance des entités du groupe, des particularités des différents métiers et un accès facile aux interlocuteurs. C’est un atout indéniable.

Sylvain Brossard
Directeur de mission chez SNCF CONSULTING

SB : Nous avons réellement débuté la mission début mai, même si une prise de contact initiale s’était faite quelques semaines plus tôt. Cécile nous a fourni les documents nécessaires à la compréhension des enjeux du projet. Elle nous a également présenté ses attentes de vive voix. Grâce à notre capitalisation sur de précédentes missions pour la Direction de la Traction et notre présence sur les autres programmes transverses du groupe, nous avons pu rapidement créer les liens avec les interlocuteurs utiles et proposer un mode de fonctionnement efficace, notamment aux interfaces avec les autres programmes transverses de SNCF.

Pensez-vous que la distance a pénalisé votre collaboration ?

SB : J’espère que non ! De notre côté, l’objectif est simple : garder la même qualité d’accompagnement, que celui-ci se fasse en présentiel ou en distanciel. Nous adaptons nos méthodes de travail à chaque situation et la collaboration à distance en fait partie. L’idée est d’être force de proposition sur les outils projet afin d’optimiser les réunions et les ateliers de travail à distance. Un incontournable : nos livrables se doivent d’être de même qualité, quelles que soient les conditions d’intervention.

 

CLP : Je dirais même que la distance nous a peut-être rendus plus efficaces ! Les échanges via Microsoft Teams étaient fluides, en partie grâce au fait que le collectif existait déjà de notre côté. Nous avons été rigoureux dans les timings et les jalons dont l’équipe consultante est tributaire. Le distanciel nous impose une certaine rigueur dans le respect des horaires et nous incite à aller directement à l’essentiel. L’équipe SNCF CONSULTING nous a notamment proposé des ateliers sur Beekast afin d’élaborer une cartographie des risques et de prioriser nos actions. Ces animations nous ont permis de faire du participatif tout en étant à distance. Finalement, la distance n’est pas vraiment un sujet. Nous avons gagné en efficacité et en temps ce que nous avons perdu en convivialité et en interactions informelles.

Mais je dois quand même souligner que nous sommes très heureux de nous retrouver enfin « pour de vrai » !

31 juillet 2020

4 animations pour dynamiser vos réunions malgré la distance

L’animation de réunion est un élément clé de notre quotidien de consultant. Mais comment créer une interaction positive et efficace ? Malgré la distance, nous continuons de proposer à nos clients des formats qui facilitent les échanges et la génération d’idées. Nous adaptons et perfectionnons nos méthodes mais les objectifs restent les mêmes.

Lors d’ateliers de travail avec nos clients, il est important d’amener les participants à se poser les bonnes questions, à réfléchir autrement. Exit les formats unilatéraux portés par un orateur, l’idée pour être constructif est de dynamiser les séances en cassant la routine. De l’attractivité de l’animation proposée découleront l’engagement et la proactivité des participants. En moyenne, nous travaillons avec des groupes d’une dizaine de personnes ce qui permet à chacun de s’exprimer. Nous utilisons Beekast et Klaxoon que nous intégrons dans nos réunions Microsoft Teams.  Voici donc quatre animations que nous vous proposons de découvrir…

LE NUAGE DE MOT

Quelque peu délaissé ces dernières années, le nuage de mots fait son grand retour grâce à Klaxoon et Beekast. 

Sans aucun doute l’animation la plus simple, vous pouvez l’utiliser : 

  • En Icebreaker pour lancer la réunion de manière ludique et interactive. Et vous qu’auriez-vous répondu à « Covid 19 rime avec … » ?
  • En fin de réunion pour synthétiser ce que les participants ont retenu.

LE MUR DE SELFIE 

Cette animation proposée uniquement par Beekast entre dans la catégorie des icebreakers. Chaque participant est invité à se prendre en selfie afin de réaliser une mosaïque de photos. Au-delà de rendre votre session plus humaine, le mur de selfie permet aux participants de mettre un visage derrière un nom, de mieux se connaître si ce n’est pas le cas. Placé en fin d’intervention, il permettra de garder un souvenir de votre  « séminaire à distance ». 

LE QUIZZ / CHALLENGE

Si vous souhaitez recueillir l’avis de chacun, mesurer l’engagement, ancrer des connaissances clés et en apprécier l’appropriation, cette animation sera votre meilleure alliée ! Cette animation peut être utilisée tout au long de votre réunion pour casser un rythme trop linéaire, pour renforcer l’attention des participants mais surtout pour rendre les ateliers de travail plus dynamiques, ludiques et interactifs.

LE BRAINSTORM 

Place à la créativité avec cet outil proposé par Klaxoon. Ce tableau blanc infini permet de partager photos, textes, formes en tout genre, de les rassembler puis de les structurer en un clin d’œil. Véritable aide à la génération d’idées, il est également utile lors de la mise en place d’un management visuel. Cette animation génère un maximum d’idées en un temps relativement court. Elle peut être réalisée en une seule fois ou en séquentiel en poursuivant les réflexions d’un atelier à l’autre. 

Déjà habitués à l’utilisation de ces outils, la période de travail à domicile aura permis de nous perfectionner. Ces animations « digitalisées » sont efficaces aussi bien en distanciel qu’en présentiel. Elles sont complémentaires à d’autres méthodes et nous choisissons les plus adaptées en fonction des objectifs identifiés.

13 juillet 2020

PORTRAIT DE FEMMES : LAURE MARÉCHAL

Parce que la diversité des profils contribue à la réussite de l’entreprise, attardons-nous sur la discrète Laure. Passée par Hypokhâgne avant d’être reçue aux concours de Sciences Po Rennes, la Mancelle est une amoureuse des lettres. C’est pourtant une carrière de consultante qu’elle embrassa en 2012. Promue Manager en 2019, la jeune maman s’attache à relever de nouveaux défis.

Ses attirances pour le journalisme ou encore la langue espagnole n’ont pas eu raison d’elle. Reçue à Sciences Po, Laure a saisi cette opportunité. « Comprendre, analyser, Sciences Po me permettait d’avoir 4 à 5 ans pour réfléchir et confirmer mes choix professionnels ». Après une première expérience d’un an dans « un petit cabinet plutôt en lobbying », la jeune femme cherchait à intégrer une structure plus grande sans pour autant s’engouffrer dans les géants du conseil. « C’est par hasard que j’ai postulé chez SNCF CONSULTING. Son positionnement me correspondait et l’idée de découvrir un Groupe sur les mobilités me motivait particulièrement ».

Laure Maréchal
Manager

Arrivée en février 2013, Laure est désormais manager. « Cela faisait 4 ans que j’étais consultante senior et le passage au grade de manager m’a permis d’évoluer vers un autre rôle, une autre posture et ainsi explorer une autre facette du métier de consultant. C’est responsabilisant et challengeant à la fois ». Depuis 6 ans maintenant, Laure capitalise au fil des missions ses connaissances du Groupe au travers  de projets opérationnels et/ou stratégiques. « Nous avons acquis une vraie confiance de la part de nos clients et je pense que nous sommes maintenant reconnus pour notre expertise à un niveau comparable à d’autres grands cabinets sur le marché, d’autant que beaucoup des consultants viennent de gros cabinets ».

Favoriser les échanges

La taille du cabinet, un peu plus d’une centaine de collaborateurs, facilite les échanges hiérarchiques et permet de proposer des solutions d’organisation du temps de travail adaptées à chacun. Au-delà des fameux entretiens formels, chaque collaborateur est accompagné par un parrain ou une marraine à son arrivée et tout au long de son évolution professionnelle. « Ce système permet de mieux appréhender le poste, de créer un dialogue décomplexé, de parler librement de son ressenti ». Manager et parrain/marraine sont donc deux rôles différents mais complémentaires.

Maman d’une petite fille en 2018, Laure a dû revoir son organisation pour trouver le meilleur équilibre entre vie  pro et vie perso au retour de son congé maternité. « J’étais vraiment contente de retourner travailler mais il faut reprendre ses marques. Ici, nous avons la souplesse nécessaire pour concilier exigence des missions et contraintes personnelles dans mon cas liées à l’arrivée d’un enfant ». Prête à endosser ses nouveaux rôles en « restant soi-même et en se faisant confiance », Laure prouve chaque jour que sa discrétion est une qualité que l’on pourrait lui envier.

13 juillet 2020

PORTRAIT DE FEMMES : SANDRINE VIGNER

Depuis 2013, Sandrine Vigner occupe le poste de Knowledge Manager chez SNCF CONSULTING. Après un parcours conséquent dans différents cabinets de conseil, Sandrine s’offre un tournant dans sa carrière. A 45 ans, elle hésite entre deux vies professionnelles littéralement opposées. La reprise de ses études et un stage chez SNCF CONSULTING convaincront définitivement cette boulimique de l’information quant à son évolution.

Après une Maitrise d’Histoire Contemporaine obtenue à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nice, Sandrine se dirige vers un DUT de Documentation spécialisé en entreprise à Toulouse. Son premier poste sera chez BDPA, un cabinet d’agronomie tropicale. Mais la soif de connaissances l’emmène rapidement plus loin et elle intègre Gemini Consulting, filiale du Groupe Capgemini. « L’Information Specialist » travaille alors avec beaucoup d’anciens « Bossard », cabinet mythique intégré à Capgemini en 1996. « C’est à leur contact que j’ai appris ce qu’était le métier de documentaliste dans le monde du conseil. J’alimentais les consultants en données financières, presse, études de marché ou encore interviews de spécialistes». 3 ans plus tard, cap vers Kea & Partners pour créer leur Research & Information Service avant de faire une parenthèse dans sa vie professionnelle.

Sandrine Vigner
Knowledge Manager

Retour aux affaires chez SAY Partners, nous sommes en 2006 et c’est à ce poste que Sandrine commence réellement à travailler sur le Knowledge Management. « La Documentaliste est une personne qui doit maitriser ses sources. Elle va uniquement chercher l’information en externe. La Knowledge Manager apporte une autre dimension, celle de rassembler les connaissances internes et de s’assurer que tous ces flux d’information circulent bien entre les collaborateurs », explique Sandrine. On parle alors de parcours de l’information, de capitalisation de missions, de partage d’outils et méthodes. « Ce ne sont pas des archives. Ce que j’aime c’est faire vivre l’information et l’enrichir en permanence ». Plus tard, chez Marris Consulting, elle développera sa première plateforme collaborative et découvrira en tant que prestataire SNCF ;  le début d’un engouement pour le monde industriel…

6 mois pour convaincre, 6 ans d’épanouissement

Déjà bien aguerrie, Sandrine se lance pourtant à 45 ans un nouveau défi : celui de reprendre ses études suite à son licenciement économique. Elle s’inscrit donc au MS Analyse stratégique et intelligence économique dispensé par l’Ecole Internationale des sciences du traitement de l’information à Cergy. « Pour moi, c’était une manière de boucler mon cursus. Ce Mastère Spécialisé m’a permis de m’ouvrir à d’autres secteurs que celui du conseil et m’a rendu plus robuste sur la manière de traiter l’information ». En recherche d’un stage de 6 mois pour valider son diplôme, Sandrine postule chez SNCF CONSULTING. A l’époque, parmi les moyens mis en œuvre qui devaient accompagner la croissance du cabinet, le KM et la veille stratégique et économique étaient inscrits dans la feuille de route. Convaincante, Sandrine l’a été. Convaincue, elle l’est toujours. « Chaque mission est différente, j’apprends tout le temps quelque chose. Travailler pour le cabinet interne de SNCF me permet d’avoir une vision transverse du Groupe. Quand je fais le bilan de toutes les missions capitalisées, je me rends compte qu’à chaque fois que le Groupe s’est transformé, nous avons toujours été à ses côtés ». Toutes les connaissances accumulées sur les missions sont en permanence réutilisées au profit de SNCF. Mais il y a un autre facteur qui permet à Sandrine de s’épanouir : l’autonomie. « Chaque année, je propose de nouvelles orientations que la direction me valide comme la mise en place de notre plateforme collaborative B@OB@B. Il y a une vraie relation de confiance qui est très appréciable. Et c’est un cabinet riche de ses événements internes, de ses méthodes de conseil, de ses outils digitaux ».

2019 en ligne de mire, Sandrine a déjà une idée bien précise de ce à quoi elle va s’atteler. « Nous allons retravailler le KM avec un groupe de consultants. Je les associe toujours dans mes démarches, ce sont pour moi comme des clients ». Ajoutez à cela le co-pilotage d’un groupe de réflexion sur l’ouverture du marché Voyageurs et quelques conférences extérieures pour « être les yeux des consultants sur ce qu’il se passe dans d’autres secteurs » et l’année est jouée ou presque ! Indépendante mais à l’écoute, Sandrine sait mettre de l’intelligence et de l’ordre dans les connaissances de chacun.

13 juillet 2020

1 an chez SNCF CONSULTING

Notre collaboratrice Shengxuan a fêté le mois dernier ses un an chez SNCF CONSULTING. Après avoir effectué sa licence à l’université de Wuhan (Chine), elle intègre Arts et Métiers Paris Tech et passe consécutivement son diplôme d’ingénieur et un Master Recherche « Science de la Décision et Management des risques ». Après avoir fait ses armes chez BASSETTI et AREVA, Shengxuan nous rejoint en octobre 2018. Cet anniversaire est l’occasion de faire le point avec elle sur son expérience avec nous…

Shengxuan Dong

Un an après ton arrivée, comment te sens-tu chez SNCF CONSULTING ?

Si je résume en un seul mot l’expérience vécue en 1 an, je dirais « développement ».
En ouvrant cette nouvelle page du conseil chez SNCF CONSULTING, je me sens énormément impliquée dans la mission qui me permet, avec l’aide d’un encadrement de grande qualité et l’accompagnement de ma marraine, de progresser chaque jour de manière significative. En ce sens, SNCF CONSULTING, pour moi, est un véritable accélérateur de développement professionnel et personnel. J’apprécie également la possibilité que l’on a de s’inscrire à des formations (sur des thématiques enrichissantes pour notre métier), d’autant plus qu’elles sont menées par des consultants du cabinet.

Quelle est la partie de ton travail que tu préfères ?

La mission sur laquelle je travaille est un programme de transformation inter-métiers, qui nécessite de mettre en place une collaboration entre les différents acteurs avec des périmètres d’intervention différents. Ce que je trouve valorisant est d’avoir l’opportunité de « mettre en musique » les échanges avec ces différents métiers du Groupe SNCF pour aboutir à des solutions pragmatiques au plus proche des attentes des clients.
Une grande autonomie m’est accordée durant la mission avec une supervision des managers qui me rend responsable du contenu produit en respectant le niveau d’exigence que les clients attendent.

Un joli souvenir, une anecdote avec nous ?

Pleins de bons souvenirs !
Je garde un très bon souvenir de la soirée du séminaire de cette année, qui coïncidait avec mon anniversaire. Les consultants présents m’ont souhaité « un joyeux anniversaire » en chanson. Un moment de convivialité très sympa !

13 juillet 2020

PORTRAIT DE FEMMES : AMBREEN SOTINEL-MAHAMMAD

Sans conteste la plus Séquano-dionysienne* du cabinet, Ambreen Sotinel-Mahammad a grandi à La Courneuve. Aux premières loges pour témoigner de l’évolution du 93, sa passion pour ce territoire l’a amenée à s’investir pleinement dans la vie du département. Aujourd’hui conseillère municipale à La Courneuve, elle siège également à l’Etablissement public territorial Plaine Commune qui regroupe neuf villes de Seine-Saint-Denis.

Après avoir effectué toute sa scolarité à trois kilomètres de l’immeuble Jade*, Ambreen a rejoint la « capitale » pour suivre le prestigieux cursus de Sciences Po Paris où elle obtient son diplôme avec une spécialisation en Droit. Son premier job au Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis à Bobigny lui apporte une solide expérience des collectivités sur des thématiques comme l’habitat, l’aménagement des territoires, la politique de la ville et l’égalité territoriale. Bras droit d’un élu, elle restera à ce poste trois ans avant de donner un nouveau souffle à sa carrière.

Ambreen Sotinel-Mahammad
Consultante

La trentenaire découvre le métier du conseil en 2011, chez Kurt Salmon, après avoir été cooptée. Elle aime le côté plus structuré de l’environnement. « J’apprécie la méthode, le savoir-faire et les échanges que l’on peut avoir sur le travail fourni. Ce que je n’avais pas de façon tangible dans le milieu politique/administratif dans lequel j’étais avant ». Identifiée comme experte des politiques sociales et d’accès au droit, elle travaillera sur des sujets tels que l’accès à la formation professionnelle, la lutte contre l’exclusion ou encore le mal logement. « J’avais une marge de progression conséquente et je suis rapidement devenue autonome ». Ayant gagné en maturité dans le rôle de consultante, Ambreen rejoint SNCF CONSULTING en novembre 2016 grâce, une nouvelle fois, à une cooptation. Retour aux sources, à La Plaine Saint-Denis ! « J’ai trouvé ici une ambiance plus sereine et une dynamique d’équipe affirmée ».

Entre missions et mandats

Engagée par nature, Ambreen s’intéresse très tôt à l’actualité politique et l’évolution des quartiers populaires. Elle en fait même le sujet de son TPE (Travaux Pratiques Encadrés) pour le Baccalauréat. «Dans la rue, j’allais interroger les personnes âgées sur leurs bancs sur leur conception de l’évolution du quartier, entre les bidonvilles qu’ils avaient connus, la construction des grands ensembles HLM et l’arrivée du Stade de France ! ». Désirant être dans l’action, elle se présente en 2014 aux élections municipales de La Courneuve. Désormais, elle siège au conseil municipal et territorial à raison d’un conseil pour chacun par mois ; sans compter les réunions de préparation et celles qu’elle mène avec les habitants en tant que référente de quartier ! Pourtant, elle se refuse à faire de la politique son métier. Ce qui l’anime c’est sa ville et les gens qui y habitent. « Je ne ferais pas cela ailleurs. J’ai envie de m’investir pour un environnement dans lequel j’ai grandi ». Consultante et citoyenne engagée, Ambreen jongle habilement entre ces obligations professionnelles et politiques. Convaincue du potentiel de son département, elle continuera, au moins jusqu’en 2020, à être une ambassadrice de choix pour le 9-3.

 

*Les habitants de Seine-Saint-Denis sont les Séquano-Dionysiens

*Les bureaux de SNCF CONSULTING sont installés dans l’immeuble Le Jade, avenue François Mitterrand à La Plaine Saint Denis

13 juillet 2020

Les soft skills, compétences clés au cœur de notre parcours de formation

Aujourd’hui, nous vous proposons de faire connaissance avec Mirana, notre Madame soft skills. Manager chez SNCF CONSULTING, c’est elle qui dispense la majeure partie des formations sur ce thème. Désormais autant appréciées par les recruteurs que les hards skills, les softs skills sont des compétences clés. Et chez SNCF CONSULTING, nous nous en sommes vite rendus compte… Rencontre.

•    Pourquoi animer des formations sur les soft skills ?
Chez SNCF CONSULTING, cela fait 5 ans que nous proposons à tous nos collaborateurs des sessions de formation aux soft skills.
Pourquoi ? Pour être plus à l’aise et efficace dans nos interactions professionnelles ! En effet, nous avons tous tendance à privilégier les hard skills. Pour autant, de nombreuses difficultés proviennent des situations relationnelles elles-mêmes. Il faut donc savoir détecter ces situations relationnelles à risque pour pouvoir les déminer en adaptant notre comportement. C’est pour cela que nous avons mis en place ces formations, qui nous permettent de sortir de situations professionnelles délicates.

Mirana Lefebvre

•    Peux-tu nous présenter ces formations ?
Le cycle de formation aux soft skills est composé de 5 modules à la carte : savoir détecter les situations à risque, le contrat pour sécuriser nos interactions, la communication non violente, animer sous tension et enfin l’attention à l’autre pour une communication efficace. Ces formations internes sont également l’occasion d’échanger entre consultants sur nos pratiques individuelles face à des situations vécues lors de nos missions. Une formation à la Process Com, animée par un intervenant extérieur, complète ce dispositif.

•    Tu es une adepte de la communication non violente, peux-tu nous en exposer les principes de base ?
Bien sûr, c’est mon outil préféré !
La communication non violente est une approche centrée sur la personne et la qualité de la relation avec une écoute active et bienveillante, envers l’autre et … soi-même ! Concrètement, dans une situation donnée, je prends le temps d’observer sans interpréter, puis d’identifier mon sentiment face à cette situation, ensuite de comprendre mon besoin et enfin de formuler une demande concrète pour combler ce besoin. Ça a l’air simple, mais cela demande de l’entraînement et même du cran !
Imaginons par exemple que, lors d’une interview, mon interlocuteur ne cesse de disgresser. Je pourrais lui dire : « Je constate depuis le début de notre entretien que vous me parlez d’un sujet qui n’est pas à l’ordre du jour. Je suis ennuyée car j’ai vraiment besoin de votre avis sur le dossier X à livrer ce soir. Seriez-vous d’accord pour qu’on traite en priorité celui-ci ? ».
Les soft skills ou l’art et la manière de fluidifier nos relations !

13 juillet 2020